Travail en chambre froide : Réglementation, Dangers & Prévention

Certains salariés sont amenés à travailler dans des chambres froides ou dans des entrepôts frigorifiques. Exposés à des températures parfois très basses, pouvant aller jusqu’à -30°C, les travailleurs doivent être correctement protégés. Quels sont les risques spécifiques pour les travailleurs ? À quelle réglementation est soumis le travail en chambre froide ? Quelles mesures de prévention et de protection des salariés mettre en place ? Essayons maintenant de répondre à ces questions.

travail en chambre froide

Quelle est la définition d’une chambre froide ?

Les chambres froides et les entrepôts frigorifiques sont généralement destinés à stocker et à conserver à basse ou très basse température des produits alimentaires. D’autres produits non alimentaires, mais particulièrement sensibles à la température peuvent également être stockés.

On distingue deux types de chambres froides :

  • Les chambres froides positives : la température interne y est maintenue entre 0°C et 10 °C.
  • Les chambres froides négatives : la température interne est inférieure à 0°C.

Les chambres froides positives

Les chambres froides positives sont utilisées pour stocker des denrées alimentaires ne nécessitant pas une conservation de longue durée. On y trouve notamment les produits frais comme le poisson, les produits laitiers frais, les fruits, les légumes ou encore la charcuterie.

Certains produits non alimentaires peuvent également être stockés dans une chambre positive afin de prolonger leur durée de vie. C’est le cas des fleurs et de certaines plantes, mais également de vaccins, de médicaments ou de produits de laboratoire.

Il est également possible de stocker des objets non alimentaires en chambre froide positive afin de les préserver et de les protéger, comme des meubles en bois ou des œuvres d’art. Une température basse empêche par exemple certains insectes de se développer dans le bois.

Les chambres froides négatives

Les chambres froides négatives sont principalement utilisées pour congeler des aliments, ou stocker des aliments préalablement congelés. L’eau contenue dans les aliments est solidifiée par le froid, ce qui permet de garder leur fraîcheur et conserver leurs vertus, même sur une période assez longue.

La température dans une chambre froide négative est généralement comprise entre -28°C et 0°C.

Quelle est la réglementation en matière de travail en chambre froide ?

Le Code du travail ne définit pas une température minimale pour le travail en chambre froide. En revanche, l’employeur a naturellement l’obligation de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité des travailleurs exposés au froid.

Voici quelques mesures que l’employeur peut prendre afin de protéger les travailleurs :

  • Évaluer clairement les risques liés au froid auxquels sont exposés les travailleurs.
  • Former et informer les travailleurs sur les dangers liés au froid.
  • Organiser le travail de façon à limiter le temps d’exposition au froid, notamment en aménageant des pauses régulières.
  • Fournir des vêtements et des équipements adaptés au froid.
  • Assurer un suivi médical régulier des travailleurs exposés au froid.
travail dans un entrepot frigorifique

Quels sont les dangers du travail en chambre froide ?

Les travailleurs en chambre froide sont exposés régulièrement et sur des durées importantes à des températures basses. Ces expositions au froid peuvent avoir des effets néfastes sur la santé des salariés.

Hypothermie

L’hypothermie se produit lorsque la température du corps descend en dessous de 35°C. Les symptômes sont des frissons, une pâleur de la peau, une somnolence et dans les cas les plus graves, un coma ou un arrêt cardiaque.

Engelures

Les températures basses auxquelles sont exposés les salariés peuvent provoquer des lésions cutanées. Les tissus exposés au froid et insuffisamment protégés sont exposés au gel. Les extrémités du corps sont particulièrement fragiles. Les doigts, les orteils, le nez et les oreilles sont particulièrement touchés. Des douleurs apparaissent dans les zones touchées, ainsi que des rougeurs, des gonflements, voire des nécroses dans les cas les plus graves.

Troubles musculosquelettiques (TMS)

L’apparition des TMS est favorisée par le froid. Il entraîne une contraction musculaire plus importante et une diminution importante de la circulation sanguine. Les TMS se caractérisent par des douleurs, des raideurs dans les articulations pouvant aller jusqu’à la perte de mobilité partielle ou totale des membres concernés.

Accidents du travail

Le froid peut altérer la vigilance, diminuer la dextérité, la coordination et l’équilibre. La manipulation d’objets est rendue plus difficile et les risques d’accident augmentent.

Recommandations pour le travail en chambre froide

S’il n’existe pas de normes particulières concernant le travail en chambre froide, des organismes comme l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) ou l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) ont élaboré un certain nombre de recommandations concernant notamment :

  • Les températures limites d’exposition au froid, en fonction du type et de la durée de l’activité.
  • Les temps de pause et de récupération en fonction de l’exposition au froid.
  • Les caractéristiques des vêtements et des équipements de protection contre le froid.
  • Les conditions d’hygiène et d’alimentation des travailleurs exposés au froid.

Prévention des risques liés au travail en chambre froide

Plusieurs mesures de prévention permettent de réduire les risques liés au travail en chambre froide :

  • Adaptation du travail : limiter les tâches pénibles, longues et répétitives.
  • Aménagement du poste de travail : installer des systèmes de chauffage localisés, supprimer les courants d’air, isoler les surfaces métalliques, poser des revêtements de sol antidérapants…
  • Protection du travailleur contre le froid : fournir des vêtements et des équipements adaptés au froid (gants, bonnet, chaussures…).
  • Surveillance de la santé du travailleur : mettre en place des visites médicales régulières.
  • Formation et information : les travailleurs doivent être formés aux risques liés au froid et savoir comment s’en protéger.

Quels moyens de protection pour les travailleurs en chambre froide ?

La fourniture d’EPI adaptés au travailleur est indispensable. Ils doivent être adaptés à l’activité du travailleur, à la température à laquelle il va être exposé ainsi qu’à sa morphologie.

Les EPI les plus courants pour travailler en chambre froide sont les suivants :

  • Des vêtements de protection thermique composés de plusieurs couches.
  • Des gants de protection thermique, imperméables et isolants.
  • Des chaussures de sécurité thermiques, antidérapantes et isolantes.
  • Des bonnets ou des cagoules de protection thermique, couvrant la tête et les oreilles.

Les chambres froides étant souvent des espaces confinés, aux parois épaisses, il est courant qu’un travailleur opérant dans cet environnement soit isolé. La fourniture d’un dispositif PTI efficace se révèle alors indispensable. Ce dispositif doit être adapté afin que les travailleurs puissent en permanence communiquer avec l’extérieur de la chambre froide, malgré l’épaisseur des parois, et déclencher une alerte en cas de danger ou d’accident.

Pour conclure sur le travail en chambre froide

L’exposition prolongée des travailleurs à des basses températures nécessite la mise en place de mesures de prévention et de protection adaptées, ainsi qu’un suivi médical régulier. Il est très important que les travailleurs aient à leur disposition des équipements de protection efficaces contre le froid ainsi qu’un dispositif d’alerte en cas de problème.

La dernière innovation DatiPlus 4X permet aux travailleurs qui en sont équipés d’être protégés en toute circonstance, même en étant isolés au fond d’une chambre froide ou d’un entrepôt frigorifique. Capable d’utiliser un réseau GSM ou un réseau LoRaWAN, le DatiPlus 4X est capable de détecter toute situation anormale, comme une chute ou une immobilité prolongée, et de lancer une alerte automatiquement.

N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez en savoir plus sur le dispositif DatiPlus 4X et comprendre comment il pourrait protéger vos salariés, même dans les conditions les plus difficiles.

Nos autres Guides

Zone Blanche en France & Travail en Zone Blanche
Travaux Souterrains : Réglementation, Dangers & Prévention

Nos experts à votre service

Des questions ? Prenez RDV avec un expert

Echangez avec un expert sur votre problématique lors d'un rendez-vous téléphonique.

Prendre RDV avec un expert

Demandez un devis

Complétez notre formulaire rapide pour recevoir un devis PTI personnalisé.

Demande de devis PTI